L’instrumentalisation du terrorisme par la Chine : La lutte contre Daech comme instrument d’influence dans le Moyen-Orient

La Conférence de presse du 1er Mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des affaires étrangères de Chine, Hong Le, a affirmé la position de la Chine au Moyen-Orient. La Chine se félicite de l’application du cessez-le-feu[1] par Bachar Al-Assad, Président de la République Arabe Syrienne, et conforte sa politique de sécurisation du Moyen-Orient. Selon Romain Brunet, journaliste pour France24, ayant rédigé « La Chine, nouvel acteur bientôt incontournable au Moyen-Orient », les négociations entre la République chinoise et les pays arabes constituent l’unique solution à la crise syrienne. Cette action révèle une idéologie chinoise qui s’oriente par une ouverture et une implication dans les problématiques sécuritaires.

A la suite de l’exécution d’un chinois par Daech, en juin dernier, le groupe terroriste a montré sa volonté de recruter des djihadistes en Chine. En effet ce groupuscule a publié une vidéo d’un homme qui exprimait en turc sa décision de rejoindre les rangs de Daech après avoir vécu une forte oppression. Cette vidéo nous montre déjà l’étendue de l’influence de l’Etat Islamique en Chine, à travers l’apparition des enfants ouïghours[1] vêtus de tenues militaires, interrogés sur leur voyage pour rejoindre les troupes de l’État islamique. À la suite de cette exécution et des provocations de Daech envers le gouvernement chinois, les autorités ont fait part de leur volonté d’intégrer la coalition internationale afin de lutter contre Daech.

Comment la Chine, à travers la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient, tente d’étendre sa zone d’influence afin de faire face à la crise économique chinoise ?

Le Président chinois, Xi Jinping, a annoncé que son pays allait venger l’exécution de son ressortissant chinois[2] détenu depuis septembre 2015 ainsi que l’assassinat de 3 cadres chinois dans l’attaque de l’hôtel Radisson de Bamako le 20 novembre 2015. Ces deux évènements, poussent la Chine à sortir de sa politique isolationniste vis-à-vis du Moyen-Orient. En effet, puisque la Chine détient de forte relations économique et diplomatique avec certains pays du Moyen-Orient de mouvance salafiste[3], elle avait de tout temps refusé d’intervenir en Syrie. Cependant, puisque la menace djihadiste se trouve désormais à ses portes, cette dernière se doit d’agir. Toutefois cette intervention n’est pas d’ordre militaire, comme le rappelle le gouvernement chinois en faisant référence aux leaders occidentaux.

En effet, la Chine lutte contre Daech à travers la diplomatie et les négociations ; « La Chine est toujours d’avis que l’option militaire n’aboutit à rien, et que seules les négociations donnent l’espoir » – propos du porte-parole du Ministre des Affaires étrangères. Dans cette logique, la Chine a réaffirmé sa détermination à développer ses relations avec les pays arabes sur la base des cinq principes : « le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, non-agression mutuelle, non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, égalité et avantages réciproques, et coexistence pacifique »[4].

A travers cette implication de la Chine au Moyen-Orient, poussé par le facteur terroriste, le pays du Soleil Levant tente d’étendre son influence au niveau économique, diplomatique et nucléaire. A la suite du rapprochement sino-africain sur le terrain économique, la Chine a récemment signé quatorze accords et mémorandums d’entente portant sur la coopération économique, sur l’établissement d’un mécanisme pour des consultations sur la lutte contre le terrorisme, et la construction d’un réacteur nucléaire. S’il l’on devait prendre un exemple pour illustrer cette politique d’accroissement de l’influence chinoise au Moyen-Orient, la Chine souhaite ouvrir « la nouvelle route maritime de la soie du XXIème siècle » à travers un accord de libre-échange. Finalement, on note à travers les multiples visites du président chinois au Moyen-Orient dans un contexte économique fragile en Chine, ce pays instrumentalise la lutte contre le terrorisme afin d’étendre et diversifier son influence dans les pays Arabes.

Selon Jean-Joseph Boillot, « La crise économique en Chine est sérieuse. Elle a besoin d’un relais et la Chine a choisi les grands projets d’investissements, en particulier au Moyen-Orient qui est devenu aussi stratégique pour elle qu’il ne l’a été pour les Etats-Unis dans les années 1980. ».

La facilité pour la Chine de continuer à s’implanter au Moyen-Orient s’explique par son image positive à savoir le respect de la souveraineté et la non-ingérence dans les affaires intérieures constituant les principes fondamentaux de la politique extérieure de la Chine. C’est finalement par le biais de la Soft Power[5] que la Chine pourra lutter contre la dévaluation de sa monnaie à travers l’approvisionnement en énergie et ses investissements au Moyen-Orient.

Malgré les propos tenus par le Ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, qui déclarait le 8 Mars dernier que « la politique de la Chine au Moyen-Orient était de faciliter les négociations de paix avec une position objective et impartiale, au lieu de rechercher une sphère d’influence ou de relais. Or dans les faits, à travers ses multiples implications dans les pays arabes : la lutte contre le terrorisme islamiste, le conflit israélo-palestinien, les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran, la Chine veut devenir un acteur majeur. Les liens qu’elle a tissés depuis le début des années 2000 et dont le monde pourrait même bientôt s’exprimer dans le jeu politique. Selon Jean-Joseph Boillot, « Plus rien ne se fait dans le monde sans que la Chine n’influence ou ne pèse sur les dossiers ». D’ailleurs, nous avons récemment vu l’influence de la Chine lors de la COP21. C’est dans cette logique, que nous pouvons conclure sur l’avenir prometteur de la Chine dans les différentes discussions dans lesquelles elle pourra jouer un rôle important.

[1] Ce sont les membres de la minorité séparatiste ouïghours, en majorité de confession musulmane, qui mène parfois des actions violentes face au pouvoir en Chine, représentant 46% de la population (13 millions)

[2] Ressortissant chinois, qui était fan de Jinghui a été enlevé le 10 septembre, et fut exécuter le 19 novembre 2015 par Daech

[3] L’Arabie Saoudite et le Qatar qui sont les deux principaux fournisseurs de pétrole de la Chine, et deux ennemis farouches de la République Islamique Iranienne.

[4] PINATEL Jean-Bernard, « La Chine va-t-elle s’engager contre Daech ? », LeFigaro.fr, publié le 1er février 2016, consulté le 21 Mars 2016.

[5] Concept issu de la pensée de Joseph Nye

[1] Résolution 2254 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et les décisions de la 4ème réunion des Ministres des Affaires étrangères du Groupe International de soutien à la Syrie.

Sources: 
BERREBI Dario, « La Chine dans le combat contre l’État islamique. », Outre-Terre 3/2015 (N° 44), p. 95-99, l. URL : www.cairn.info/revue-outre-terre-2015-3-page-95.htm. DOI : 10.3917/oute1.044.0095.
BRUNET Romain, La Chine, nouvel acteur bientôt incontournable au Moyen-Orient, France24, publié le mardi 19 Janvier 2016, consulté le 21 Mars 2016. Disponible sur : http://www.france24.com/fr/20160120-chine-xi-jinping-moyen-orient-arabie-saoudite-egypte-iran-route-soie
Conférence de presse du 1er Mars 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei, publié le 1er Mars 2016, consulté le 21 Mars 2016. Disponible sur : http://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1344906.shtml
Déclaration politique de Wang Yi, ministre des affaires étrangères : La politique de la Chine sur le Moyen-Orient est objective et impartiale, publié 8 Mars 2016, consulté le 21 Mars 2016. Disponible sur : http://french.xinhuanet.com/2016-03/08/c_135167620.htm
L’Etat islamique recrute en Chine ! , Le Point.fr, publié le 9 décembre 2015, consulté le 21 Mars 2016. Disponible sur : http://www.lepoint.fr/monde/l-etat-islamique-recrute-en-chine-08-12-2015-1988362_24.php
PINATEL Jean-Bernard, « La Chine va-t-elle s’engager contre Daech ? », LeFigaro.fr, publié le 1er février 2016, consulté le 21 Mars 2016. Disponible sur : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/02/01/31002-20160201ARTFIG00148-la-chine-va-t-elle-s-engager-contre-daech.php

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s